AutoéditionLittérature

Comprendre les arcs narratifs

0 Partages
Crédit photo : Timon Studler, Unsplash

Nous avons récemment abordé le thème de la structure des romans (Structurer un roman – Partie 1 et Partie 2), puis celui des scènes (Écrire des scènes pertinentes et Écrire des scènes captivantes). Aujourd’hui, nous poursuivons l’exploration de l’écriture de fiction en abordant la question des personnages à travers la notion d’arc narratif, appelé également arc scénaristique dans le cadre des films et séries. En voiture pour Comprendre les arc narratifs.

Qu’est-ce qu’un arc narratif ?

Les personnages de fiction vivent l’histoire, la subissent et l’influencent, ce qui les entraîne le plus souvent à évoluer entre l’élément déclencheur et le dénouement. Confrontés à un problème/conflit qu’ils doivent résoudre pour atteindre leur objectif, ils sont bousculés par l’histoire et amenés à changer. C’est cette évolution intérieure que décrit l’arc narratif et c’est pourquoi on l’appelle aussi arc du personnage ou arc transformationnel.

Attention : Si de nombreux auteurs appellent « arc narratif » l’évolution d’un personnage,  comme je le fais dans cet article, d’autres utilisent ce terme pour désigner l’évolution de l’histoire en général (ce qui ressemble étrangement au « schéma narratif »).

Les différents types d’arcs narratifs

Chaque personnage a son propre arc, mais on distingue généralement trois types d’arcs narratifs qui permettent d’inclure tous les cas : positif, neutre et négatif.

L’arc positif

C’est le type d’arc le plus couramment utilisé. Comme son nom l’indique, il se caractérise par une évolution positive du personnage. Il passe de l’ombre à la lumière, apprend de ses erreurs, s’améliore comme personne, se rachète éventuellement d’une faute, etc. Pour cela, il doit se rendre compte du mensonge dans lequel il vit au début de l’histoire, découvrir la vérité et vaincre les fantômes qui le hantent. Nous reviendrons sur ces trois termes dans le paragraphe consacré aux ingrédients.

L’arc neutre (ou stable) :

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un arc puisque dans ce cas le personnage n’évolue pas véritablement. Dès le début, il connaît la vérité de l’histoire et son rôle consiste essentiellement à convaincre les autres. Il s’applique souvent à des personnages secondaires de type mentor.

L’arc négatif :

Cet arc est bien évidemment à l’opposé de l’arc positif. Le personnage ne parvient pas à surmonter ses fantômes. Il rejette la vérité de l’histoire ou est dévasté par elle. Dans ce type d’arc, il est fondamental que l’on comprenne pourquoi le personnage s’accroche à son mensonge, afin que son parcours paraisse cohérent. On cite souvent l’exemple d’Anakin Skywalker dans la Guerre des étoiles. Hanté par les traumatismes de son enfance, il bascule du côté obscur de la Force en dépit de l’entraînement Jedi dispensé par Obi-Wan Kenobi.

Les ingrédients de l’arc narratif

Le fantôme :

Ce terme ne doit pas être pris littéralement ici. Le fantôme fait référence à ce qui hante le personnage, une blessure, un événement, une rencontre, une erreur, quelque chose qui l’a profondément marqué par le passé et continue à exercer une grande influence sur toutes ses décisions et actions.

Mensonge vs. Vérité :

La notion d’arc narratif repose sur celles du mensonge et de la vérité. Si le personnage est amené à évoluer au cours de l’histoire, c’est parce qu’au début il vit dans l’erreur. Sa vision des choses est faussée par une croyance limitante, le mensonge. Ce dernier prend généralement racine dans une expérience traumatisante, le fantôme. Le personnage ne pourra résoudre son problème qu’en abandonnant le mensonge auquel il croit et en acceptant la vérité de l’histoire. Pour cela, il devra vaincre ses peurs pour se débarrasser de ses fantômes. La capacité du personnage à surmonter son ou ses fantômes définira son type d’arc. La vérité correspond au thème de l’histoire (il faudra que j’écrive un autre article exclusivement sur la question du thème). KM Weiland définit le thème comme « une affirmation universelle sur la façon dont le monde fonctionne ». C’est la leçon que le personnage doit apprendre.

Ce que le personnage veut vs. Ce dont il a besoin :

Cette opposition est l’externalisation du conflit intérieur entre mensonge et vérité. Ce que le personnage veut est un objectif qu’il poursuit en pensant (à tort) qu’il le rendra heureux, une solution externe à un problème interne. En fait, ce dont il a besoin est simplement de reconnaître et d’accepter la vérité.

Le monde normal :

C’est le point de départ de l’histoire et de l’arc narratif du personnage, la vie avant l’élément déclencheur, ce que l’on appelle la situation initiale dans le cadre du schéma narratif.

En quoi la notion d’arc narratif est-elle utile ?

L’intrigue et l’évolution des personnages sont étroitement imbriquées. L’histoire sera plus efficace si elles s’entrelacent de façon synergique. Comprendre la notion d’arc narratif et en connaître les différents types vous aidera à faire évoluer vos personnages de manière cohérente par rapport à l’histoire que vous racontez. Leurs choix paraîtront plus naturels, surtout si vous prenez soin de laisser des indices illustrant l’arc tout au long du roman.

Voilà, j’espère que cet article vous aura permis de mieux comprendre les arcs narratifs. On se retrouve bientôt pour une nouvelle publication sur Vivre d’écriture. Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas.

Frédéric

0 Partages

2 réflexions au sujet de « Comprendre les arcs narratifs »

  1. Ce qui va faire la différence est la profondeur du personnage. Un personnage à peine esquissé, vague silhouette au service d’une action, comme il y en a tant dans les bêta-lectures que je réalise parfois, devra agir « bêtement » et ses actions seront toutes prévisibles. L’ennui guette le lecteur. Mais un personnage suffisament fouillé agira « en cohérence avec ses contradictions ». C’est là que ça devient intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.