AutoéditioneBooksLittératureLivres d'information

Mettre en place une plateforme d’auteur

Crédit photo : rawpixel.com sur Unsplash

On dit de plus en plus qu’un auteur est aussi un entrepreneur. C’est d’autant plus vrai s’il est indépendant et autoédité. Pour assurer sa promotion et celle de ses ouvrages, l’auteur polyvalent aura besoin de ce qu’il est convenu d’appeler une “plateforme d’auteur”. Dans l’article précédent sur la promotion des ebooks d’information, j’ai déjà évoqué cette notion. Mais qu’entend-on par là exactement ?

Qu’est-ce qu’une plateforme d’auteur ?

Comme beaucoup d’autres termes liés au Marketing, l’expression nous vient des États-unis, « author platform » ou « writer platform« . Il n’existe pas une définition consensuelle, mais on considère généralement qu’une plateforme d’auteur est l’ensemble des moyens mis en oeuvre par un auteur pour se faire connaître et communiquer avec ses lecteurs. Kimberley Grabas, du site Your Writer Platform (si vous lisez l’anglais, vous trouverez beaucoup de conseils intéressants sur ce site), parle de pont qui unit votre travail d’auteur à ceux qui sont susceptibles de l’apprécier. Là intervient sans doute la première difficulté. Beaucoup d’auteurs (dont je fais partie) peinent à s’assumer en tant que tels et éprouvent une réticence instinctive à se dévoiler. Certes, ce qu’ils écrivent et soumettent à l’avis du public dit quelque chose de ce qu’ils sont, mais ils avancent plus ou moins masqués. Dans le cadre d’une plateforme d’auteur, il s’agit d’établir une connexion plus personnelle et directe avec leur lectorat. Sur son site, le coach littéraire Anaël Verdier insiste sur l’importance d’être soi-même et d’assumer son identité d’auteur. Pour Geraldine Solon, auteure de Auteurpreneur en pyjama, il s’agit de se distinguer en étant authentique et original. Cela implique parfois une certaine prise de risques.

La « marque de l’auteur »

Aux États-Unis, où le marketing est partout, on parle sans complexe de « personal brand » et « author brand« . On considère que l’on peut gérer sa propre image comme celle d’une marque commerciale. Personnellement, j’ai un peu de mal avec cela, mais bon. Pour K. Grabas, la « marque de l’auteur » est ce que votre audience attend de vous. Elle découle de qui vous êtes, de comment vous voulez être perçus et de comment les gens vous perçoivent. Vu sous cet angle, nous avons tous une marque personnelle. L’idée est que si vous la construisez consciemment, elle contribuera de façon plus efficace à la connexion avec votre audience. Je vous laisse méditer sur ce point…

K. Grabas suggère de faire du brainstorming pour identifier les mots, idées, concepts et sentiments avec lesquels vous voulez être associés, l’état d’esprit et la première impression que vous souhaitez susciter. Dans la même ligne, A. Verdier parle de comprendre quel auteur vous êtes, de définir votre vision du monde, votre identité émotionnelle et sensorielle, en bref, votre univers. Tout cela doit permettre de maintenir une plus grande cohérence de votre « marque » et d’éviter la dispersion.

L’étape suivante consiste à cerner votre audience (votre « marché » en quelque sorte ») en identifiant votre lecteur idéal. L’objectif ensuite sera d’optimiser l’alignement de votre offre avec l’attente de votre audience. Dit comme ça, cela ne fait pas trop rêver…

Quels sont les éléments d’une plateforme d’auteur ?

A. Verdier décompose la plateforme d’auteur en différents éléments :

  • Le blog ou site d’auteur
  • La liste de diffusion
  • Les profils de réseaux sociaux
  • La plateforme de vente
  • Les livres

L’important est de maintenir une cohérence entre toutes les pièces du puzzle. Votre identité d’auteur doit transparaître à tous les étages.

Le site et/ou blog de l’auteur : le noyau de la plateforme

Le site web de l’auteur est généralement considéré comme le noyau de sa plateforme. Vous pouvez opter pour un site statique, qui présente vos livres, votre univers et votre actualité, ou pour un blog. L’avantage du blog est qu’il permet une communication plus personnelle et plus dynamique avec votre public. Il est également possible de combiner le site informatif avec le blog. G. Solon recommande d’utiliser son nom comme nom de domaine (www.fredericbuffa.com, par exemple). Au minimum, le site doit contenir une page d’accueil avec les informations importantes, une biographie, une photo professionnelle, une page de contact, une présentation de vos livres (avec un résumé et la couverture).

Construire une liste de diffusion est capital

Les visiteurs de votre site doivent pouvoir s’abonner à votre newsletter afin d’être informés de vos nouvelles et articles. Il existe des outils simples qui permettent de collecter les adresses mail et de gérer la diffusion de la newsletter. Certains sont gratuits jusqu’à un certain nombre d’abonnés. C’est le cas de MailerLite que j’utilise pour ce site.

Les réseaux sociaux : l’indispensable courroie de transmission

L’utilisation des réseaux sociaux semble incontournable aujourd’hui pour qu’un auteur puisse trouver son public et communiquer avec lui, surtout s’il est autoédité. Elle est extrêmement utile pour capter l’attention de lecteurs potentiels et les renvoyer vers le site/blog de l’auteur.

Cette question est tellement vaste qu’elle fera l’objet d’articles spécifiques prochainement. Pour l’instant, je me contente de reprendre quelques conseils d’un article précédent.

Sur Facebook, créez une page d’auteur et n’hésitez pas à vous joindre à des groupes d’auteurs autoédités. Écrivez une biographie attrayante sur Twitter et suivez des gens du monde de l’écriture (auteurs, blogueurs, journalistes, agents, éditeurs, etc.).

Si vous avez déjà des comptes LinkedIn et Viadeo, intégrez-les à votre plateforme d’auteur. Publiez une bande-annonce sur Youtube ou Instagram pour annoncer le lancement de vos livres si vous êtes à l’aise avec la vidéo.

La plateforme de vente : l’interface commerciale

Comme son nom l’indique, la plateforme de vente permet aux lecteurs d’acheter vos livres. Comme nous l’avons évoqué dans un article récent (http://vivredecriture.com/comment-promouvoir-un-ebook-dinformation/), les auteurs qui vendent leurs ebooks en direct depuis leur site web doivent apprendre à générer du trafic et à écrire des pages de vente convaincantes.

Si, comme la plupart des auteurs autoédités, vous publiez votre ebook à travers les grandes plateformes d’autopublication telles que Amazon KDP, Rakuten Kobo, Lulu et Nookpress, celles-ci deviennent parties intégrantes de votre plateforme d’auteur. Pensez donc à compléter votre page d’auteur sur Amazon et les autres plateformes utilisées.

Il est également possible de créer une page de vente dédiée pour chaque livre avec des sites tels que Booklaunch. La première page est gratuite.

Les livres : l’aboutissement de la plateforme d’auteur

Vos livres sont l’aboutissement de votre travail d’auteur et donc de votre plateforme. En même temps, ils doivent permettre à votre audience de remonter vers la plateforme. Pensez à laisser des coordonnés de contact à la fin de chaque ouvrage (votre site web, un email, l’adresse de votre fil Twitter ou votre page Facebook) pour que les lecteurs puissent rejoindre votre communauté.

 

Mettre en place une plateforme d’auteur prend du temps. Établissez vos priorités et construisez-la patiemment, pièce par pièce. De toute façon, elle ne sera jamais achevée et vous la mettrez sans cesse à jour. Personnellement, j’ai encore beaucoup de pain sur la planche dans ce domaine, mais je compte bien avancer dans les mois qui viennent.

Pour finir, rappelez-vous qu’il s’agit de communiquer avec ses lecteurs, pas de vendre à tout bout de champ.

Voilà, on se retrouve bientôt pour un nouvel article sur Vivre d’écriture. Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas.

Frédéric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.