LittératureLivres d'informationNon classé

Cinq conseils pour trouver un éditeur

Trouver un éditeur – Photo by chuttersnap on Unsplash

Ca y est, après des mois ou des années d’efforts, votre manuscrit est enfin prêt ! Vous souhaitez désormais trouver un éditeur pour publier votre livre. Pour tout auteur débutant, l’obtention d’un contrat d’édition fait figure de Graal. Comme nous l’avons évoqué dans un article précédent, franchir le mur de l’édition n’est pas une mince affaire. Il est cependant possible d’augmenter ses chances en suivant quelques conseils simples.

1. Soigner son manuscrit

Les éditeurs croulent sous les manuscrits (certains en reçoivent plus de 3 000 par an) et sont donc très exigeants. Votre manuscrit se doit donc d’être irréprochable avant que vous ne songiez à l’expédier. Trouvez des bêta lecteurs capables de vous donner un avis compétent et objectif pour vous aider à polir votre histoire et éliminer les incohérences. Utilisez un logiciel de correction (certains proposent un mois d’essai gratuit) pour traquer les fautes d’orthographe, les erreurs de syntaxe et les répétitions. Soignez la présentation du texte tout en restant classique.

Sur leur site internet, certaines maisons d’édition détaillent les spécifications que doivent respecter les manuscrits ainsi que les conditions de soumission. Respectez-les !

2. Bien cibler les éditeurs

Ce conseil peut sembler une évidence, mais de nombreux auteurs soumettent leurs manuscrits à tout va, sans se soucier de la ligne éditoriale des maisons d’édition. Si d’emblée, votre livre ne correspond pas à ce que l’éditeur publie, vous perdez votre temps. Il y a plus de 3 000 éditeurs en France, il est donc important d’identifier les maisons d’édition les plus compatibles en visitant leur site web, en consultant leurs ouvrages en librairie ou en parcourant les salons. Pour vous aider, il existe des annuaires professionnels. Certains sont gratuits (comme celui du BIEF – Bureau international de l’édition française – ou ceux des salons), d’autres payants (le répertoire « Éditeurs et diffuseurs » publié par Livres Hebdo ou l’annuaire AUDACE publié par l’Oie Plate). EDIT-IT, la première plateforme collaborative d’aide à l’édition, propose un annuaire en ligne des éditeurs puissant et gratuit.

Une autre erreur fréquente consiste à privilégier les éditeurs les plus connus, qui sont submergés de manuscrits et font rarement confiance à des auteurs inconnus. Il est préférable de cibler des maisons de taille plus modeste, qui sont davantage susceptibles de faire confiance à un débutant.

Un dernier conseil concernant le ciblage que je j’emprunte au blogueur Stoni. Si vous vous focalisez sur de petits éditeurs, assurez qu’ils soient bien distribués (en France, les principaux distributeurs sont : VOLUMEN, SODIS, UNION, HACHETTE DIFFUSION et INTERFORUM), car sinon, même si vous obtenez un contrat d’édition, vous ne vendrez pas grand-chose.

3. Privilégier les éditeurs qui acceptent la soumission électronique

Même si elles restent largement minoritaires, de plus en plus de maisons d’édition acceptent les manuscrits sous forme électronique, par e-mail ou via une page internet. Les identifier et les privilégier représente un gain de temps et d’argent très appréciable dans votre quête du premier contrat d’édition. La plateforme EDIT-IT vous permet de filtrer les éditeurs qui aceptent la soumission numérique.

4. Considérer l’option d’un agent littéraire

En parallèle à l’envoi direct de manuscrits à des éditeurs, rien ne vous empêche de contacter des agents littéraires pour mettre plus de chances de votre côté (voir l’article précédent). Le Répertoire des agences littéraires francophones, disponible gratuitement sur ce site, fournit les coordonnées de plusieurs agences qui reçoivent des manuscrits, le plus souvent sous forme électronique. Par leurs contacts et leur connaissance du monde de l’édition, les agents littéraires peuvent fournir une aide efficace pour trouver un éditeur.

5. Être patient et persévérant

Armez-vous de patience, car la recherche d’éditeur est généralement un travail de longue haleine. Ne vous laissez pas décourager par les lettres de refus (qui sont inévitables) et persistez tout en tenant compte des retours obtenus. Profitez aussi de cette période d’attente, souvent frustrante, pour vous projeter vers l’avenir et réfléchir à votre prochain livre.

Et vous ? Quelle est votre expérience de la recherche d’éditeur ?

Si vous avez d’autres conseils à partager, n’hésitez pas !

Frédéric Buffa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.