LittératureLivres d'information

Un auteur débutant peut-il trouver un agent littéraire ?

Photo by Jessica Ruscello on Unsplash

Ces dernières années, la presse spécialisée s’est fait l’écho de la montée en puissance de l’agent littéraire en France. Les articles sur ce sujet semblent cependant considérer que ses services sont l’apanage des auteurs confirmés, et donc déjà publiés. Qu’en est-il vraiment ? Un auteur débutant n’a-t-il vraiment aucune chance de trouver un agent ?

L’agent littéraire en France : un rôle encore marginal mais croissant

Alors qu’il est pratiquement impossible de publier un livre sans agent dans certains pays, comme aux États-Unis ou en Allemagne, l’agent littéraire reste une figure marginale dans le paysage éditorial français. On note cependant une percée notable de la profession ces dernières années et un syndicat professionnel, l’Alliance des agents littéraires français (AALF), a été formé par onze agents littéraires français en mars 2016.

Quel est exactement le rôle d’un agent littéraire ?

L’agent littéraire, qu’il soit auto-entrepreneur, freelance ou travaillant pour le compte d’une petite agence, est un intermédiaire entre auteurs et éditeurs pour la négociation des droits d’édition ou entre éditeurs pour les cessions de droits à l’étranger. C’est le premier cas de figure qui nous intéresse ici, puisqu’il représente une tendance nouvelle en France où le lien privilégié et direct entre auteur et éditeur prédomine. À noter que cette activité s’exerce principalement, mais pas exclusivement, dans le domaine de la fiction. Pour une vue d’ensemble des missions de l’agent littéraire, consultez la page suivante sur le site de l’Agence des livres électriques.

Comment est rémunéré un agent littéraire ?

L’agent littéraire, qui se charge de négocier le contrat d’édition pour le compte de l’auteur auprès de la maison d’édition, perçoit une commission sur les droits d’auteur (entre 10 et 15%) et sur les droits d’adaptation audiovisuelle et de cession à l’étranger (généralement 20%). Cela étant normalement sa seule rémunération, il ne pourra commencer à gagner de l’argent qu’une fois l’ouvrage publié. Attention donc, un agent digne de ce nom ne négocie aucune rémunération préalable auprès de l’auteur. Il existe des cas où l’agent littéraire propose également des services (payants) de diagnostic de manuscrit et/ou de coaching en amont de la recherche d’éditeur. À vous de voir si le jeu en vaut la chandelle, mais dans tous les cas, soyez prudents.

Les avantages de travailler avec un agent littéraire

Les agences littéraires connaissent généralement bien le milieu éditorial et peuvent identifier plus facilement les éditeurs compatibles pour votre manuscrit. Ce sont des acteurs rompus à la négociation de contrats qui déchargent les auteurs de cette tâche ingrate. On peut dire qu’il y a une communauté d’intérêts entre agent et auteur, puisque le premier ne commencera à gagner de l’argent que lorsque le second sera rémunéré.

Un auteur débutant peut-il travailler avec un agent littéraire ?

Dans le Répertoire d’agences littéraires francophones disponible gratuitement sur ce site, vous pourrez constater que les agences littéraires présentes sur le marché français de l’édition sont généralement intéressées para la réception de manuscrits de la part d’auteurs débutants. L’autre bonne nouvelle est que l’on peut le plus souvent le faire parvenir sous forme électronique, ce qui représente un gain de temps et d’argent appréciable.

Personnellement, j’ai contacté plusieurs agences littéraires en parallèle de maisons d’édition pour mon premier roman. L’une d’elles s’est montrée rapidement intéressée à condition que certaines modifications soient apportées au manuscrit. J’ai signé un contrat de représentation exclusive avant d’engager un travail de réécriture sur la base de leurs conseils (gratuits). De janvier à novembre 2017, l’agence a assuré la promotion du manuscrit auprès de maisons d’édition, mais sans succès. J’ai finalement décidé de reprendre mes droits.

Les agences littéraires ont des critères stricts

Si nombre d’agences littéraires sont ouvertes à la réception de manuscrits de la part de primo-auteurs, il faut savoir que, tout comme les éditeurs, elles ont des critères stricts et sont souvent très sollicitées. Dans un entretien avec ActuaLitté, Laure Pécher de l’agence Astier-Pécher explique qu’elles ont généralement une ligne éditoriale, même si la sélection peut être plus large que dans une maison d’édition.

Vous n’avez rien à perdre à essayer

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, trouver un éditeur pour son manuscrit est extrêmement difficile, surtout pour qui n’est pas très familier avec le monde l’édition. Si votre projet parvient à séduire un agent littéraire prêt à s’engager pour assurer sa promotion, vous augmenterez vos chances.

Et vous, êtes-vous tentés par la perspective de travailler avec un agent littéraire ? Si c’est déjà le cas ou si vous avez essayé, n’hésitez pas à partager votre expérience.

Frédéric Buffa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *